Les mécanismes de l’alopécie androgénétique

Calvitie

L’alopécie androgénétique est responsable en grande partie de la perte de cheveux chez les hommes et les femmes. Bien qu’il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les gens perdent leurs cheveux , y compris une maladie grave , une réaction à certains médicaments , et dans de rares cas d’événements très stressants , dans la plupart des cas plus la perte de cheveux peut être attribuée à l’hérédité .

Les individus souffrant de calvitie héritent de follicules pileux avec une sensibilité génétique à la dihydrotestostérone (DHT).

La Dihydrotestostérone (DHT), un dérivé de la testostérone, l’hormone mâle, est l’ennemi des follicules pileux sur le cuir chevelu. Il a pour effet de causer la mort prématurée des follicules.

Ce n’est que dans les dernières décennies que l’on a acquis une meilleure connaissance  des mécanismes de L’alopécie androgénétique, communément appelée calvitie. Pendant de nombreuses années, les scientifiques pensaient que l’alopécie androgénétique était causée par la prédominance de l’hormone sexuelle mâle, la testostérone, qui est également présente en très faible quantité chez la femme. Bien que la testostérone soit au cœur du processus de la calvitie, la DHT est suspectée d’être le principal coupable.

La testostérone se transforme en DHT sous l’action de l’enzyme Type II 5 -alpha-réductase, qui est présente dans les glandes sébacées des follicules pileux. Les scientifiques croient maintenant que ce n’est pas la quantité de testostérone qui crée le problème, mais la sensibilité des récepteurs de la DHT au niveau des follicules du cuir chevelu. Sous l’effet de la DHT les follicules pileux se miniaturisent, ce qui rend impossible la survie des cheveux sains.

Le processus hormonal de conversion de la testostérone en DHT qui nuit aux follicules pileux, intervient aussi bien chez l’homme que chez la femme. Dans des conditions normales, le taux de testostérone est beaucoup moins élevé chez la femme mais même en très faible quantité, le phénomène de conversion subsiste et peut entraîner une perte de cheveux. Et plus le niveau de testostérone est élevé, plus l’action de la DHT est susceptible d’être importante.
Puisque le fonctionnement hormonal réside dans un équilibre délicat, le taux d’androgène n’a pas besoin d’augmenter considérablement chez l’homme pour déclencher un problème. Chez la femme, l’abaissement même léger du taux d’hormones femelles donne un avantage aux androgènes, comme la DHT. Un déséquilibre hormonal peut causer des problèmes de santé, y compris la perte de cheveux .

Les hormones sont cycliques. Le niveau de testostérone chez certains hommes baisse de 10 pour cent chaque décennie après trente ans. Chez la femme, le niveau d’hormones féminines diminue à l’approche de la ménopause, baisse considérablement à la ménopause et continue de baisser au-delà. La nature cyclique des cheveux et des hormones est une des raisons qui peut engendrer une aggravation de la perte à court terme, même si vous constatez un ralentissement à long terme de la perte de cheveux lorsque vous suivez un traitement qui contrôle et prévient la perte des cheveux .

Vous souhaitez rencontrer un professionnel, et mettre un terme à votre calvitie, visitez le site www.consultantcapillaire.fr .